Nos autres sites

  • Lyxor ETF

    Pionnier sur le marché des ETF depuis 2001, Lyxor est l'un des premiers fournisseurs d'ETF en Europe, offrant aux investisseurs plus de 220 façons d'explorer les marchés.
  • Lyxor FUNDS

    Le site Lyxorfunds vous permet d’en savoir plus sur la gamme de fonds Lyxor, leur documentation, ainsi que sur les actualités de marché et celles de nos produits.
  • MYLyxor MAP

    Le site MyLyxorMAP est dédié à la plate-forme de comptes gérés Lyxor (MAP). Il donne accès à une gamme complète de comptes gérés, offrant transparence, liquidité et gestion des risques indépendante. Ce site peut également inclure d'autres fonds gérés par Lyxor.
  • Lyxor JAPON

    Retrouvez plus d’informations sur la société Lyxor Asset Management Japan Co. Ltd., ses fonds nationaux et les informations générales sur Lyxor en japonais.
Date
Catégorie
Paroles d'expert

Aller de l'avant après une période irrégulière

Premier paragraphe

Les marchés ont retrouvé leurs esprits en janvier après une correction qui avait été très brutale, car amplifiée notamment par l’habituel manque de liquidité en fin d’année.

Image détail
Looking forward after the roller coaster ride
Contenu

Les marchés ont retrouvé leurs esprits en janvier après une correction qui avait été très brutale, car amplifiée notamment par l’habituel manque de liquidité en fin d’année. Ce mouvement, qui nous avait, à l’époque, semblé déconnecté des fondamentaux, signalait un scénario de croissance implicite trop pessimiste (récession aux Etats-Unis, stagnation des résultats …). La normalisation en janvier aura été quasiment aussi violente que la chute en décembre, avec un rebond de 7.9% pour le S&P 500, de 7.1% pour les marchés émergents (MSCI EM) et de 5.4% pour le CAC 40. A noter que le rebond a, pour l’essentiel, profité aux segments les plus cycliques, ce qui pourrait laisser présager de son potentiel essoufflement. Pour que le hausse puisse se poursuive de manière plus durable, une amélioration des nouvelles économiques et une réduction des risques politiques (Brexit, guerre commerciale sino-américaine …) devraient maintenant être nécessaires.

Or, pour l’instant, les derniers indicateurs économiques font état d’un ralentissement du cycle mondial. Après un tassement marqué de la croissance au quatrième trimestre, les indicateurs avancés se sont à nouveau repliés en Europe et en Chine. Les Etats-Unis ont fait figure d’exception, avec un ISM en hausse et un marché du travail particulièrement dynamique (plus de 500 000 créations d’emploi en deux mois). Cet essoufflement de la croissance a poussé les banques centrales à un rétropédalage notable en ce début d’année, rétropédalage qui a d’ailleurs soutenu l’appétit pour le risque. Lors de sa conférence de presse, la BCE a souligné l’augmentation des risques baissiers sur la croissance, ouvrant la porte à un prochain TLTRO et à une possible stabilité des taux en 2019 (contre une hausse auparavant). Du côté de la Fed, alors qu’il y a encore deux mois Jérôme Powell indiquait que des hausses de taux seraient encore nécessaires pour atteindre un niveau neutre des Fed Funds, il a complétement viré de cap en indiquant que la Banque Centrale serait très patiente et qu’elle pourrait être flexible concernant la taille de son bilan. Le marché a interprété le message comme la fin du cycle de normalisation monétaire, voire une potentielle baisse d’ici la fin de l’année. Ceci a poussé les rendements sur la dette souveraine vers le bas et a encore d’avantage accentué l’aplatissement de la courbe des taux. Ce mouvement nous semble aller trop loin. Il est certes très probable que la Fed ne bouge pas avant le milieu de l’année, attendant notamment d’avoir plus de visibilité sur un éventuel accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis, mais la solidité de de l’économie américaine appellerait à minima une hausse de taux additionnelle avant fin 2019.

Au total, même si une consolidation sur les marchés action pourrait être à l’ordre du jour à court terme, nous maintenons une légère préférence pour les actifs risqués. Si les risques macro-économiques restent baissiers, nous continuons de penser qu’une récession n’est pas à l’ordre du jour. En ce qui concerne la guerre commerciale, les discussions sont certes tendues, mais les deux parties ont besoin d’afficher un accord, ne serait-il que de façade. Dans ce contexte, nous continuons de préférer la zone émergente et notamment la Chine. Les valorisations restent attractives, et nous pensons que le gouvernement va continuer d’accroître les mesures de soutien à la croissance. Nous restons aussi positifs sur les marchés du crédit, dans un contexte de risque inflationniste modéré et d’un risque de défaut faible lié à une croissance encore globalement satisfaisante et à des niveaux de taux d’intérêt qui restent bas. Toutefois, la volatilité, et les risques étant encore important, nous maintenons 10% de liquidités dans le fonds.