Nos autres sites

  • Lyxor ETF

    Pionnier sur le marché des ETF depuis 2001, Lyxor est l'un des premiers fournisseurs d'ETF en Europe, offrant aux investisseurs plus de 220 façons d'explorer les marchés.
  • Lyxor FUNDS

    Le site Lyxorfunds vous permet d’en savoir plus sur la gamme de fonds Lyxor, leur documentation, ainsi que sur les actualités de marché et celles de nos produits.
  • MYLyxor MAP

    Le site MyLyxorMAP est dédié à la plate-forme de comptes gérés Lyxor (MAP). Il donne accès à une gamme complète de comptes gérés, offrant transparence, liquidité et gestion des risques indépendante. Ce site peut également inclure d'autres fonds gérés par Lyxor.
  • Lyxor JAPON

    Retrouvez plus d’informations sur la société Lyxor Asset Management Japan Co. Ltd., ses fonds nationaux et les informations générales sur Lyxor en japonais.
  • Lyxor EN ALLEMAGNE

    Retrouvez plus d’informations sur Lyxor International Asset Management Deutschland, née du rapprochement des activités de Lyxor en Allemagne et des activités de gestion d’actifs du pôle EMC Commerzbank.
Date
Catégorie
Recherche

Crash test réussi pour les hedge funds

Premier paragraphe

Les valeurs refuges se font rares. La hausse inattendue des cas recensés en Italie, en Corée du Sud et en Iran a fait naître un risque de pandémie systémique, tout en remettant en question la fiabilité des statistiques sur le virus. Tout comme la plupart des investisseurs, nous avons été surpris par la nouvelle, alors qu'un pic de l'épidémie semblait en vue en Chine. 

Image détail
Crash test réussi pour les hedge funds
Contenu

L'effondrement des marchés cette semaine s'explique selon nous par i) l'intégration dans les cours d'un ralentissement de l'économie mondiale mais pas d'une récession pour l’instant, ii) un certain scepticisme quant à l'ampleur ou l'efficacité de la relance attendue de la part des marchés développés, comme en témoigne la performance décevante des « bonds proxies », et iii) les implications concernant les élections américaines. La prime de risque liée à ces dernières a été réévaluée cette semaine alors qu'un ralentissement économique pourrait entamer les chances pour D. Trump de remporter un second mandat et donner plus d'élan à B. Sanders. À cela s'ajoutent iv) les algorithmes, qui ont largement amplifié la correction, et v) la réévaluation des risques de liquidité et de crédit des entreprises, même si elle a été raisonnable jusqu'à présent.

Trop d’inconnues pour parler encore d'un creux. Les valeurs refuges se sont faits rares sur les marchés développés, les obligations, l'or et les secteurs défensifs n'ayant pas été d'un grand soutien. À vendredi 14h CEST, les marchés apparaissent tactiquement survendus en termes de sentiment, d’éléments techniques, et dans une certaine mesure de valorisation, laissant présager un rebond à court terme. Cependant, les signes d’une « capitulation » offrant un plancher pour un retour décisif à la moyenne ne nous semblent pas encore probants : les positions des investisseurs n’ont été ramenées qu’à la neutralité et les révisions des anticipations sur le plan économique, des BPA et du risque crédit ne sont pas encore en recul extrême. Les marchés restent dès lors toujours fragiles. Pour une reprise plus large, il faudra sans doute des preuves fondamentales plus convaincantes de confinement du virus, ainsi qu'une évaluation de l'impact en termes économiques et de BPA. Pour l’heure, le flux de nouvelles devrait continuer à dégrader avant de s'améliorer. Au fond, les incertitudes relatives à l'épidémie viennent tout simplement de remplacer celles qui étaient liées aux guerres commerciales, effaçant les gains accumulés depuis la fin de l'année dernière.

Les hedge funds figurent parmi les rares segments qui ont résisté. À la clôture du jeudi 27, notre groupe de fonds Ucits de référence étaient en baisse de -1,8% depuis le début de la semaine, rappelant l’intérêt de la diversification apportée par les hedge funds. Les stratégies Merger arbitrage, L/S Credit et, dans une certaine mesure, L/S Equity Neutral et Global Macro ont surperformé, tandis que les CTA et les stratégies L/S Equity Directional et Special Situations sont restées à la traîne. Nous examinons chacune de ces stratégies au cours de la semaine.

Les stratégies CTA ont été les plus lourdement touchées (-3,9% depuis le début de la semaine). Les pertes sont essentiellement attribuables aux positions longues sur actions. Celles-ci ont été partiellement compensées par les positions courtes sur l'énergie et les positions longues en obligations avec effet de levier 2x (essentiellement au sein de l'UE). Le positionnement long sur l'or n'a pas porté ses fruits. Le 27, les portefeuilles n'avaient pas encore été modifiés de manière significative.

Les Special Situations affichaient des portefeuilles concentrés mais des expositions faibles (-2,7%). Leurs positions importantes dans les secteurs actions de la consommation cycliques, technologies et santé ont toutes subi un revers. En revanche, les portefeuilles crédit et une exposition d’ensemble aux marché relativement conservatrice ont contribué à limiter les dégâts. Contrairement aux précédents épisodes de correction, peu de gérants tentent jusqu'ici de profiter du creux pour acquérir des opportunités bon marché.

Les L/S Equity Variable en ligne avec leur bêta (-2,7%). Les gérants avaient réduit de manière sélective leur exposition à la consommation cyclique, aux matériaux de base, à l'énergie et aux compagnies aériennes. Ils avaient toutefois maintenu un bêta de marché de 40%, proche de la moyenne long-terme. Dans un environnement de correction presque sans discrimination, l'alpha découlant de la sélection de titres a été minime. La forte dispersion entre les rendements des gérants s'explique essentiellement par le market timing.

Les performances Global Macro ont évolué en ordre dispersé (-1,5%). Les gestionnaires orientés marchés émergents ont seulement cédé -0,8%. Les approches systématiques ont sous-performé. Généralement positionnées dans l'optique d'un environnement s’améliorant graduellement, les expositions longues actions et courtes obligations ont coûté des points, le positionnement long sur l'or n'ayant pas limité l'impact.

Les stratégies L/S Equity Neutral ont mieux géré les rotations de titres (-0,6%). Une rotation typique induite par l'aversion au risque, avec sorties des titres les plus cycliques, a été plus facile à gérer cette fois. Les principales pertes se sont concentrées sur les valeurs cycliques.
Les gérants L/S Credit ont également fait preuve de résistance (-0,5%). Ils ont bien résisté aux hausses respectives de 100 pb et 75 pb des hauts rendements américains et européens. Leur faible exposition nette au marché leur a apporté une protection. La rotation entre segments de crédit a été plus délicate pour les styles FI Diversified.

Les gérants Merger Arbitrage ont signé une surperformance (-0,5%). L'élargissement des spreads de transactions a été minime (quelque +20 pb sur la base de 80 transactions négociables de plus de 100 millions de dollars), excepté pour des transactions d'envergure dans les secteurs de la consommation cyclique et de l'énergie. La plus forte concentration des gérants sur des transactions dont la clôture est proche, qui sont plus défensives, a également contribué à l'excellente tenue de la stratégie.

TÉLÉCHARGER LE DOCUMENT