Nos autres sites

  • Lyxor ETF

    Pionnier sur le marché des ETF depuis 2001, Lyxor est l'un des premiers fournisseurs d'ETF en Europe, offrant aux investisseurs plus de 220 façons d'explorer les marchés.
  • Lyxor FUNDS

    Le site Lyxorfunds vous permet d’en savoir plus sur la gamme de fonds Lyxor, leur documentation, ainsi que sur les actualités de marché et celles de nos produits.
  • MYLyxor MAP

    Le site MyLyxorMAP est dédié à la plate-forme de comptes gérés Lyxor (MAP). Il donne accès à une gamme complète de comptes gérés, offrant transparence, liquidité et gestion des risques indépendante. Ce site peut également inclure d'autres fonds gérés par Lyxor.
  • Lyxor JAPON

    Retrouvez plus d’informations sur la société Lyxor Asset Management Japan Co. Ltd., ses fonds nationaux et les informations générales sur Lyxor en japonais.
  • Lyxor EN ALLEMAGNE

    Retrouvez plus d’informations sur Lyxor International Asset Management Deutschland, née du rapprochement des activités de Lyxor en Allemagne et des activités de gestion d’actifs du pôle EMC Commerzbank.
Date
Catégorie
Recherche

Lyxor Cross Asset Research Quarterly Q4 2020

Premier paragraphe

La reprise économique a encore du chemin à parcourir, mais pourrait perdre de l'élan au quatrième trimestre. Le coronavirus est toujours hors de contrôle. Une meilleure préparation pourrait empêcher de nouveaux confinements à grande échelle, mais les restrictions risquent d'être imposées jusqu'à ce qu'un vaccin soit disponible au cours de l'année prochaine. Par ailleurs, les pertes d'emploi et les faillites d'entreprises vont probablement limiter la reprise.

Image détail
Lyxor Cross Asset Research Quarterly Q4 2020
Contenu

Analyses macro et de marché

La reprise économique a encore du chemin à parcourir, mais pourrait perdre de l'élan au quatrième trimestre. Le coronavirus est toujours hors de contrôle. Une meilleure préparation pourrait empêcher de nouveaux confinements à grande échelle, mais les restrictions risquent d'être imposées jusqu'à ce qu'un vaccin soit disponible au cours de l'année prochaine. Par ailleurs, les pertes d'emploi et les faillites d'entreprises vont probablement limiter la reprise. Les mesures de relance vont continuer de soutenir fermement l'économie, mais la timide embellie apportée par les injections de liquidités s'essouffle. Ce sont plutôt les mesures de relance budgétaire qui devraient prendre la main.
Dans l'ensemble, le cycle est favorable aux actifs à risque, mais le fléchissement de la croissance risque d'entraîner une baisse des rendements sur les principaux marchés, d'autant plus que l'environnement risque de se compliquer au quatrième trimestre. Les surprises économiques seront moins nombreuses. Les bénéfices des entreprises pour le troisième trimestre devraient être solides, mais la part des entreprises qui dépasseront les attentes devrait être inférieure à celle du deuxième trimestre. En outre, l'incertitude relative aux mesures de relance budgétaire est devenue un facteur de volatilité. Par conséquent, les impulsions conjoncturelles qui ont largement favorisé les marchés au cours de l'été ne réapparaîtront pas d'ici la fin l'année. Par ailleurs, l'incertitude politique refait surface, avec l'imminence de l'élection présidentielle américaine, le Brexit et l'aggravation des tensions entre les États-Unis et la Chine.
Nous percevons davantage d'opportunités dans les segments plus petits, notamment dans les matières premières, les pays émergents, les secteurs et les facteurs. Principaux moteurs du cycle post-covid-19, les thèmes séculaires constituent également des investissements intéressants au cœur des portefeuilles. Ces thèmes sont l'énergie propre, les réseaux de nouvelle génération, la numérisation de la consommation et les industries.
Nous entendons conserver une pondération neutre par rapport au marché des actions mondiales tout en restant prudents. Le cycle reste favorable aux États-Unis, mais les risques intérieurs plus élevés et l'actualité moins réjouissante nous incitent à rester neutres. Nous avons rétrogradé l'Europe à neutre en raison de sa reprise déséquilibrée entre le Nord et le Sud. Nous avons relevé la pondération des actions des marchés émergents qui profitent de circonstances intérieures et extérieures plus saines, quoiqu'accompagnées de défis structurels de taille. La Chine et l'Asie (que nous surpondérons) restent en tête de ce groupe. Notre pondération est neutre au Japon, où les Abenomics cherchent un second souffle. Nous sommes d'avis que la croissance américaine et les actions technologiques sont attrayantes à long terme, même en cas de turbulences au quatrième trimestre. Les exportateurs américains devraient bénéficier de la baisse du dollar. Le secteur des services aux collectivités est intéressant à des fins de couverture et l'ajout sélectif d'actions value est pertinent à des fins de diversification. En Europe, nous favorisons le bêta faible et la qualité, ainsi que les technologies et la santé. Au Japon, les exportateurs pourraient continuer de profiter de leur biais axé sur le cycle économique à l'échelle mondiale.
Sur les marchés obligataires, les obligations d'État ne devraient pas enregistrer de hausse significative : Nous sommes neutres dans l'ensemble, avec une position minime sur une pentification de la courbe aux États-Unis. Le crédit à haut rendement de l'UEM représente un substitut attrayant aux liquidités. Nous restons surpondérés dans le haut rendement américain, qui approche son taux de défaillance maximal, mais sommes neutres en Europe pour la raison inverse. Le potentiel présenté par les points morts d'inflation aux États-Unis n'est pas encore complètement épuisé, ce qui justifie donc une surpondération stratégique. Nous avons abaissé le point mort de l'UEM à neutre, compte tenu de l'affaiblissement de l'impulsion donnée par les vecteurs d'inflation. Les spreads italiens et grecs continuent de présenter un potentiel de resserrement.
Le dollar US sera confronté à une plus forte volatilité au quatrième trimestre, mais sa tendance baissière à moyen terme devrait reprendre. Nous affichons un positionnement neutre sur le Brent en raison du ralentissement de la dynamique de l'offre et de la demande, mais ciblons un cours de 45 USD le baril de manière tactique. Le cuivre est onéreux, mais devrait profiter de facteurs fondamentaux solides et de la reprise en Chine. Nous surpondérons l'or, qui demeure une couverture attrayante, les fondamentaux n'étant pas aussi forts, mais les facteurs techniques plus sains.

Stratégies alternatives

Les stratégies alternatives devraient jouer le rôle d'amortisseur pour les portefeuilles si la résurgence de la pandémie de COVID-19 dans les marchés développés et les risques politiques (en d'autres termes, le Brexit et la présidentielle américaine) entraînent une hausse considérable de l'aversion pour le risque au quatrième trimestre. Nous continuons de privilégier les stratégies L/S Credit et Global Macro dans les marchés émergents dans une perspective à moyen et à long terme. Pour le prochain trimestre, nous maintenons aussi la surpondération des stratégies Merger Arbitrage à des fins de diversification et de protection du portefeuille, ainsi que la sous-pondération des stratégies Market Neutral L/S en raison de sa vulnérabilité aux rotations factorielles.
Nous étoffons les stratégies Discretionary Macro en raison de leurs biais tactiques et de leur positionnement prudent sur les actifs à risque dans les marchés développés. Pour ce faire, nous réduisons la voilure sur les stratégies Special Situation du fait de leur sensibilité plus élevée aux fluctuations du marché et d'un biais « value » actuel modéré.
Dans l'ensemble, nous privilégions les stratégies Event-Driven (neutres) au détriment des stratégies L/S Equity (sous-pondérées) et Global Macro (surpondérées) au détriment de CTA (neutre). Notre positionnement défensif sur les stratégies L/S Equity nous impose de faire preuve de sélectivité au sein de cette stratégie extrêmement hétérogène. Selon nous, les stratégies L/S Equity à biais variable demeurent malgré tout attrayantes.

TÉLÉCHARGER LE DOCUMENT